banner_sixPieds
Egalement disponibles :  

Les 3 seuls en scène seront encore disponibles la saison 2017/2018 !

----------------

Faut y aller !
[ Jean-Luc Piraux ]

Il est des êtres qui semblent échapper au temps et à la conformité sociale. Ils n’achètent pas de magazines. Pour eux, la mode n’existe pas. Ils vivent de manière frugale. De quelques pommes ramassées dans un vieux verger que tout le monde dédaigne ; ils font la meilleure des compotes et s’en régalent. Ces insoumis aux exigences de la modernité détiennent peut-être un goût, une philosophie, une manière d’être d’autant plus précieuse qu’elle semble être en voie de disparition.

J’ai rencontré Marie, il y a une vingtaine d’années au détour d’un sentier boueux. Elle devait avoir dans les 80 ans. Son portrait serait vite esquissé : une vieille robe colorée, un fichu à fleurs, un manteau sur les épaules et une éternelle sacoche qui devait contenir mille et un secrets. Elle revenait de sa « tournée des œufs » et poussait son vélo à la main. Il était surmonté d’un « parapluie-parasol » de couleur rouge, patiné par la pluie, le soleil et les années. Son pneu était crevé. Je lui ai proposé de la reconduire chez elle.

Marie vivait seule dans une petite ferme, au milieu des champs, près d’un bois, derrière un étang où deux cygnes faisaient la loi. Devant la maison, les poules picoraient. Elle me les présenta une à une : Soleil, Gratte-sol, N’a-qu’un-Œil… Elle les remerciait pour chaque œuf pondu. C’était un petit bénéfice qui s’ajoutait à sa maigre pension de veuve.

Je lui rendis visite de nombreuses fois tant sa bizarrerie m’attirait. Ces rencontres ont résonné longtemps en moi. Elles ont ouvert une porte et partout où j’ai vécu que ce soit en ville ou à la campagne, j’ai rencontré une « Marie ».

J’ai creusé ma mémoire, avivé mes souvenirs pour relater et partager avec le public de théâtre quelques moments privilégiés vécus avec Marie ou plutôt ces « Marie » multiples, ces femmes Chaplin, ces Buster Keaton féminines, ces Karl Valentine en dehors du temps, ces femmes à la Tati, ces dernières des Mohicans…

Distribution
de et par Jean-Luc Piraux, assisté de Brigitte Petit
Production : Brigitte Petit
Mise en scène de Félicie Artaud
Scénographie de Claire Farah
Création lumière : Marc Defrise

Le spectacle est reconnu par les Tournées Art et Vie - numéro : 2131-1.

Partenaires
Avec le soutien de l'Eden/Centre Culturel Régional de Charleroi, le Centre Culturel Régional de Dinant, la Maison de la Culture Famenne-Ardennes, le Centre Culturel Régional de Huy, le Centre Culturel d'Aiseau-Presles, le Centre Culturel de Fosses-la-Ville, le Centre Culturel du Brabant wallon, le Ministère de la Communauté française, Cera.